apparatus


Greig Burgoyne

Greig Burgoyne /apparatus / L’escaut Brussels 2014
 

 

L'artiste écossais Greig Burgoyne utilise les matériaux du Bureau de post-il note, flipchart stylos, stylos bille bic à stylos surligneur. Burgoyne est attiré par ce qui arrive quand vous accorder la régularité et la standardisation d'informations à l'identité de la couleur, à la caractéristiques de la ligne et à la capacité d'absorption ou d'opacité.

 

Par répétition de la règle de base, d'endurance et d'accumulation, Burgoyne cherche à explorer comment la physique des espaces peut être contestée par le geste, la durée. Il voit ces espaces de pensée quelque part entre temps & lieu-sans lieu mais peut-être apparenté à une intensité de faiblesse. Oeuvrant spécifiquement in situ, Burgoyne conçoit son travail comme des propositions uniquement activées par l'expérience du spectateur face au travail sur place.

 

 Il est influencé par les écrits d'Henri Lefebvre, Deleuze et Alain Badiou; en particulier ce qui concerne les représentations de la hiérarchie, les énergies et les distributions se rapportant à l'espace de réflexion et à l'espace physique.

Le point culminant de ce travail est proches des paradoxes entropiques de forme et de pensée. Ici la régularité et la normalisation devient beauté, contemplation et sans lieu. Pour l'Escaut, Burgoyne a fait une série de propositions centrées autour des piliers qui dominent l'espace de la salle. Dans les plus grandes œuvres suspendues entre le plafond et le plancher, le point de départ pour chaque dessin est les dimensions des piliers eux-mêmes, au moyen de processus de règle pour que les dessins qui en résulte viset à contester les contradictions entre les volumes physiques, de soutien et de poids, et comment nous pourrions percevoir ceci et expérimenter les déplacements dans l'espace.

Greig Burgoyne est né à Glasgow en Ecosse 1970. A étudié la peinture à la Royal College of Art, Londres & HAK Vienne Autriche.  Expositions personnelles récentes incluent Omon Ra, IADT Galerie Dublin ; Decouvrir Espace 36, projet de dessin de Frost Art Museum, Miami, USA ; Nous sommes tous des structures alternatives, robinet Southend UK ; Dromology-la logique de l'espace, South gallery carré, Bradford, Royaume-Uni ; Découvrez, l'Espace 36 St. Omer France ; Le Thulé, le Centre pour le récent dessin, Londres. Son travail est dans de nombreuses collections, dont la collection d'art de TI group, Banque de Montréal, DAAD Bonn, Stadt Mainz, Swiss Bank Corporation & le Musée d'Etat Russe
 
greig burgoyne apparatus image 2°.jpg

 

 greig burgoyne APPARATUS NOTE INTENTION 1of 3.jpg

 

Scottish artist Greig Burgoyne uses the materials of the office from post –it notes, flip chart markers, bic biros to highlighter pens. Burgoyne is attracted by what happens when you extend their regularity and standardised credentials of colour, characteristics of line, absorbency or opacity. Through rule based repetition, endurance and accumulation, Burgoyne seeks to explore how the physicality of spaces can be debated through gesture, duration. He sees these spaces of thinking as somewhere between time & place- placeless places perhaps akin to an intensity of weakness.

 

Site specific in nature Burgoyne sees his resulting work as propositions only activated by the engagement of the viewer through their experience of the work in situ. He is influenced by the writings of Henri Lefebvre, Deleuze and Alain Badiou in particular as to the representations of hierarchy, its energies and distributions as they pertain to thinking space and physical space.

 

Ruled based and process led in its direction, the culminating work are closer to entropic paradoxes of form and thought. Here regularity and standardisation become beauty, contemplation and placeless.

 

For L’escaut, Burgoyne has made a series of propositions centred around the pillars that dominated the gallery space. In the largest works suspended between ceiling and floor, the starting point for each drawing is the dimensions of the pillars themselves, through rule based processes the resulting drawings seek to contest the contradictions between physical volumes of support and weight and how we might see this in our perceptions and experience of moving in the space.

 

http://www.greigburgoyne.com/


24/04/2014
0 Poster un commentaire

Tentatives d'évasion, par Thomas Beckers

En utilisant des matériaux comme le savon ou le chocolat pour réaliser des révolvers, je multiplie les références, tentant de brouiller les pistes pour affranchir mes objets de leurs fonctions, ne gardant que leur faculté de nous imposer leur présence.
Les révolvers de terre prennent des poses comiques ou tragiques mimant la pétrification du chien de Pompei.
 
flingues-thomas3.jpg

23/04/2014
1 Poster un commentaire

Collection, par Pierre Martens

La collection d’armes a ceci de particulier que les objets sont vus de profil, semblant figés dans une position de tir parfaitement horizontale et laissant le spectateur hors de la trajectoire. Ni émetteur, ni récepteur du projectile. Nous sommes témoins d’un acte suspendu. Encore faut-il que le « flingue » soit empêché d’agir et c’est là toute l’ambiguïté de cette collection, qui par  une suite de traitements successifs en surface et malgré la mise à distance, arrive à frapper notre rétine et griffer nos cristallins.

 

 

collection.JPG
Pierre Martens.JPG



"avec l'aide de (ad hoc)"


23/04/2014
0 Poster un commentaire

La couleur pour annuler la douleur, par Pascal Courcelles

  

mon travail est une obsession,  c'est une maladie dont je n'espère jamais guérir; la couleur est un problème pour certains ... on parle de coloration politique , je suis partisans du partage;
je suis partisans de la joie de créer et de rassembler, de mélanger les couleurs, de les faire se rencontrer;
je pense que  que l'Art est  dérisoire et indispensable  à cette planète  pour un plus beau savoir vivre; la couleur pour annuler la douleur

 

pascal courcelles.jpg

http://www.pascalcourcelles.be/


23/04/2014
0 Poster un commentaire

Schlachthaus, par Robert Quint

Sur ma toile se trouve le mot abattoir écrit en allemand. La typographie gothique fait référence à l’Allemagne nazie, ce qui sous-entend un autre sens au mot. La peinture noire du fond est ultra brillante et reflète la silhouette du spectateur. On est confronté avec la question: "Qui tue? Qui meurt?"

 

 

 

Robert Quint.jpg

http://www.robertquint.com/


23/04/2014
0 Poster un commentaire